Les religions s'invitent soudain au débat sur la fin de vie au nom d'une transcendance. Les protestants ont cette spécificité de clairement revendiquer leur éthique de laïcité. D'où la surprise de découvrir la Fédération protestante à l'unisson des grandes religions, une transgression de la culture protestante.

Les religions s’invitent soudain au débat sur la fin de vie au nom d’une transcendance. Les protestants ont cette spécificité de clairement revendiquer leur éthique de laïcité, c’est-à-dire de ne pas intervenir dans les affaires de l’Etat, justement au nom de « la religion », pas plus qu’au nom du protestantisme. Depuis cinq siècles, les protestants protestent non seulement contre les religions d’Etat, mais aussi sur la capacité des religions à dicter leurs convictions pour la conduite de l’Etat. D’où la surprise de découvrir la Fédération protestante à l’unisson des grandes religions. Non comme un orgueil insupportable de la singularité, mais comme une transgression de la culture protestante.

Les attitudes en surplomb, méconnaissent l’écoute d’une humanité qui souhaite finir dignement sa vie comme elle l’entend. Une société qui serait protestante et non religieuse serait au chevet de cette personne hic et nunc et entendrait son désir rare mais parfois présent d’une sédation profonde dans la continuité du soin et l’accompagnement solidaire qui est totalement déconnecté du concept euthanasique plutôt que le respect inconditionnel d’une vie pour elle-même.

Print Friendly
Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusredditmailFacebooktwittergoogle_plusredditmail

Une Réponse à “Déclaration interreligieuse sur la fin de vie, une transgression de la culture protestante, par Didier Sicard”

  1. Jacques GUIN dit :

    Merci Didier Sicard pour ce rappel que j’attendais avec impatience, consterné, exactement pour la même raison, par la présence de la signature de François Clavéroly sur ce document.
    Les Réformés sont encore une fois, en droit de se demander où va la Fédération et après quoi (ou qui) elle court au prix de telles dérives.
    La « réponse » de son Président aux premières réactions, dès après cette publication (Cf Réforme), n’apaise en rien ces craintes-là. JG

Laisser un commentaire

*